Posters

Découvrez les propositions des participants
Cliquez sur les posters pour les afficher en plein écran •

Université de La Réunion | CHU de La Réunion

Une clinique de l’altérité face à la Covid-19

Migrations, Masques et Talismans à l’Île de La Réunion

Sophien HORRI, Doctorant en Anthropologie de la santé, Laboratoire de recherche sur les espaces Créoles et Francophones (LCF – EA 7390), Université de La Réunion, co-thérapeute au sein de la consultation transculturelle du CHU de La Réunion.

Thierry MALBERT, Anthropologue, MCF-HDR en sciences de l’éducation au Laboratoire LCF-EA 7390, Université de La Réunion.

Ségolène MEYSSONNIER, Psychologue clinicienne, consultation clinique transculturelle du CHU de La Réunion.

Michel SPODENKIEWICZ, Pédopsychiatre, MD, PhD, MCU-PH, Centre d’Investigation Clinique – Inserm EA 1410, Université de La Réunion.

La pandémie de covid-19 accompagnée des mesures sanitaires et de confinement augmentent le sentiment de vulnérabilité de la population réunionnaise. Sur le terrain, les fundi-guérisseurs (tradipraticiens) issus de la migration comorienne sont sollicités par une partie de la population pour se protéger de la pandémie. Ils réinterprètent la maladie en mobilisant de façon complémentaire le modèle biomédical et le sacré. Ils proposent des rituels de protection et appellent au port du masque et aux gestes barrières. Ces rituels consistent en la fabrication de masques talismaniques et de talismans magico-islamiques nommés hirizi.

Groupe Mamans-Bébés en situation transculturelle UGOMPS – CHU Nantes

Co-mèrages et papotages autour du berceau

Solenne Olivaud, Psychologue Clinicienne & Maud Poirier, Praticien Hospitalier Coordinatrice de L’UGOMPS

  • Prévention du lien mère-bébé en approche transculturelle : soutien à l’attachement par l’étayage groupal du berceau culturel.
  • Prévention des risques  d’acculturation et de présentation kaléidoscopique du monde.

Programme « Mineur.e.s Non Accompagné.e.s » de Médecins du Monde – Pays de la Loire

Favoriser l’accès aux soins de santé mentale et la santé psychologique des Mineurs non-accompagnés

Mathieu Quinette, coordinateur du programme « Mineur.e.s Non Accompagné.e.s » de Médecins du Monde – Pays de la Loire
Claire Dubois, responsable des activités médico-psycho-sociales du programme « Mineur.e.s Non Accompagné.e.s » de Médecins du Monde – Pays de la Loire
Dominique Martin, responsable de mission du programme « Mineur.e.s Non Accompagné.e.s » de Médecins du Monde – Pays de la Loire
Cindy BOYER, Laura GUERY, Floriane PAPIN, William TESSIER, Rebecca VINESSE – bénévoles psychologues sur le programme « Mineur.e.s Non Accompagné.e.s » de Médecins du Monde – Pays de la Loire

Le programme Mineur.e.s Non Accompagné.e.s (MNA) de Médecins du Monde intervient depuis 2016 auprès des MNA n’ayant pas été reconnu mineur au cours d’une première évaluation et ayant engagé un recours visant à faire reconnaitre leur minorité par le juge des enfants. Le programme leur propose un accompagnement global en santé dans une approche médico-psycho-sociale visant à améliorer leur accès à la santé, aux soins et aux droits en favorisant l’accès aux droits commun et l’autonomie des personnes accompagnées.

Le volet « santé mentale » occupe une place centrale au sein du programme. Pour les MNA ayant besoin d’un accompagnement en santé mentale le programme propose des interventions individuelles (écoutes avec un psychologue, accompagnement vers des structures de soin) et collectives (groupe de parole, groupe d’auto-soutien). Le poster suivant détaille les constats et recommandations issues de cette expérience.

CEMÉA • Pays de la Loire

La médiation des activités d’expression pour soutenir la construction identitaire métissée des jeunes exilés dans un accueil de jour

Elsa Pavageau et Laurent Sautereau, équipe professionnelle de l’accueil de jour

Les CEMÉA pays de la Loire, est une association d’éducation populaire engagée dans l’éducation nouvelle et qui travaille à la transformation sociale. Ils gèrent et animent un accueil de jour de jeunes exilés à Nantes : TAMO.

Ces jeunes expriment le souhait de vivre pleinement leur jeunesse, de créer, de contribuer et de construire leur place et leur avenir. Ils ont parfois le sentiment d’être enfermés dans une identité assignée de migrant avec tous les fantasmes négatifs ou positifs qu’elle mobilise pour leurs interlocuteurs.

Françoise Sironi évoque « La question des sujets aux identités métissées (d’un point de vue culturel, social, politique, spirituel, de genre…) » et de leur « construction identitaire » comme des « vicissitudes d’une longue métamorphose humaine » qu’il faut accompagner. Pour ces jeunes, le métissage est culturel bien sûr, mais il s’agit aussi d’un métissage aussi « social », entre une identité négativée (sans identité administrative) face a une identité « générationnelle », d’un âge on l’on construit sa vie.

Ce processus identitaire s’est exprimé au travers de deux projets conduits par TAMO, une expérience de théâtre Les Amis fous et une émission de radio basée sur des interview individuels. En quoi l’expression de ces jeunes exilés dans ces projets a-t-elle pu les aider à soutenir un processus identitaire pris entre une identité qui renvoie à leurs racines mais aussi à leur statut dévalorisé, et une identité incertaine et encore à construire mais fondée sur l’espoir d’un futur meilleur.

Dr Aurore Savigny | Dr Olivier Haibe

Spécificités de la prise en charge des patients migrants en psychiatrie

Analyse et propositions à partir du vécu, des pratiques et des besoins des psychiatres à Nantes

Dr Aurore Savigny est psychiatre à Nantes
Dr Haibe Olivier est psychiatre au CHU de Nantes, responsable de la PASS Psy

Les psychiatres sont amenés à rencontrer de plus en plus de patients migrants, et les spécificités dans la prise en charge et la clinique ont une incidence sur le vécu des professionnels et la qualité globale des soins.

Nous avons réalisé une étude dont l’objectif principal était d’établir un état des lieux de la pratique, du vécu et des besoins des psychiatres concernant la prise en charge des patients migrants au sein de la métropole nantaise.

Cette enquête a permis de mettre en évidence des axes d’amélioration, à la fois de l’accompagnement de ces patients et du vécu des professionnels, et de proposer un guide des associations, outil d’aide dans la relation et l’orientation des patients.

Université Rennes 2 | Institut Convergences Migration

Points de tension et stratégies de communication en contexte médical hétérolingue

Vanessa Thouroude, doctorante en sciences du langage – sociolinguistique, Université Rennes 2 | Institut Convergences Migration

L’objectif de ce poster est de mettre en lumière l’enchevêtrement des problématiques et enjeux autour de la langue dans le soin, ainsi que les stratégies développées par soignants et soignés pour contourner ladite « barrière de la langue ».

Centre de Santé Mentale angevin (CESAME)

Jeune consultation transculturelle

À quels défis cliniques faut-il s’attendre ?

Camille KOSSOWSKI–BRASME (psychiatre), Charles DI (psychologue), Albertine JULIE (psychologue), Laurence BULOURDE (psychologue), Fatima KOB (infirmière), Sophie ROY-PASQUIER (assistante sociale)

La consultation transculturelle au sein du pôle de pédopsychiatrie du CESAME, à Angers, a pu ouvrir ses portes il y a 3 ans. Mais ce que nous a fait vivre notre jeune consultation, c’est qu’ouvrir les portes de l’altérité « concrète » chez les thérapeutes eux-mêmes, malgré leurs bonnes formations et leurs bonnes intentions, est une expérience continue d’appropriation profonde de l’altérité culturelle des patients par les thérapeutes.

C’est le défi que représente cette clinique transculturelle pour le thérapeute principal et que nous voulons illustrer ici à travers les deux situations cliniques d’Alain et d’Urielle et la manipulation efficiente des théories traditionnelles des patients. Nous relevons les difficultés propres à cette fonction pour un débutant et les moyens qui nous ont aidés à l’apprivoiser : l’impératif travail sur soi de celui qui fait office de thérapeute principal, l’appui nécessaire sur les propositions des co-thérapeutes qui vont l’aider à se décentrer, notamment lorsqu’il est de culture occidentale et qu’il sera face à des problématiques et des réalités culturelles qu’il peut intellectuellement comprendre mais qu’il n’habite pas de l’intérieur.

Une question ? Contactez-nous

Tél. 06 46 20 43 99 | Email : inscriptions.anreapp@gmail.com

10 + 14 =